Les Têtes Raides le 14 mars 2011 au Bataclan pour L’An demain

Retour très attendu des Têtes Raides en tournée actuellement pour présenter sur scène les 13 titres qui composent leur nouvel opus intitulé L’An demain. Bien qu’offrant un son immédiatement reconnaissable dès le premier morceau éponyme, Les Têtes Raides savent encore incontestablement nous enchanter, nous bouleverser, nous renverser la tête et le coeur, faire vibrer nos émotions les plus intenses… je pense notamment au morceau de cet album que j’apprécie le plus: « Fulgurance », morceau sur lequel justement s’ouvre le concert au Bataclan du lundi 14 mars où j’étais et où le groupe joue encore ce soir. Ce titre d’une puissance incroyablement sensuelle et vivante, qu’aurait pu chanter Bertrand Cantat, me secoue le coeur comme un shaker et me laisse à la dernière note sur le carreau: « faudra vivre à tout prix… il pleut des gouttes d’or sur la peau de nos corps/maintenant qu’il fait beau je suis à fleur de peau/fulgurance, offre-moi cette dance, injecte-moi les flammes de la transe/fulgurance, offre-moi cette Chance, envole-moi à m’en perdre les sens. »

Ce concert au Bataclan fut énergisant. Je ne les avais pas vus depuis leur tournée pour leur album Fragile. Presque tous les titres de l’album ont été joués et chantés par un Christian comme d’habitude habité par des textes encore et toujours engagés (« Angata »: « faut pas croire qu’elle nous blesse … elle est morte, elle s’affaisse, ta forteresse », « Je voudrais » pour les SDF), d’amitié (le poignant « Gérard » le mécano) et d’amour (la lumineuse « Emma » mais sans Jeanne Moreau qui chante en duo sur la version de l’album).

Ils ont fait trois rappels chaque fois plus forts et ont joué beaucoup d’autres anciens morceaux comme « L’iditenté », le titre composé avec Noir Désir extrait de l’album Gratte Poil, qui fait à chaque fois chanter le public parisien à l’unisson: « que Paris est beau quand chantent les oiseaux/que Paris est laid quand il se croit français », et bien sûr « Ginette » avec la lampe de cuisine qui descend lentement sur scène: tout le monde a compris avant même que les premières notes ne se fassent entendre dans la salle: c’est toujours étonnant de voir tous ces gens qui ne se connaissent pas se prendre par le bras et chantonner en coeur le refrain qui n’en finit pas de finir… : on voudrait passer toute la nuit là tous ensemble… Ce moment est devenu incontournable à chaque concert des Têtes Raides: un instant d’émotion vibratoire qui traverse tout le public comme un courant alternatif. Les Têtes Raides nous saluent: « Au revoir Paris! ». On ressort de là… vivants ! « Y a pas la vie si y a pas la folie, la lâche-pas elle passera qu’une fois/j’sais pas si mieux mais j’te boufferai les yeux, on est vivant tant qu’il est encore temps » …

Les Têtes Raides en concert au Bataclan à Paris le 4 avril 2011 (ce soir!), au Zénith à Paris le 16 novembre 2011 et en tournée dans toute la France.
Plus d’infos sur http://www.tetesraides.fr/#/concerts/

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Le potager sonore

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s