Cascadeur: choc émotionnel

Il y a peu de temps, je suis restée là un long moment à regarder une affiche dans le métro: elle représentait un homme de dos portant un casque de moto blanc recouvrant un masque de catch et vêtu d’un blouson noir avec cette inscription en lettres rouges entre deux étoiles: « CASCADEUR ». Après quelques recherches, je découvre qu’il s’agit d’un auteur compositeur interprète pianiste français, qui sort son premier album inclassable (électro-pop?) The human octopus. Je lis une interview de lui. Sous la panoplie anti-chocs, sous les remparts, se cache un être d’une grande sensibilité, le cascadeur incassable est en fait de son vrai et fragile nom, Alex Longo: « Je me sens tellement nu qu’il a fallu que je me parre de pleins de vêtements. Sans mes cagoules et mes casques, je ne tiendrai pas le coup au niveau émotif. Il me fallait trouver une parade à la hantise d’être submergé par l’émotion au moment d’interpréter mes morceaux. L’idée de Cascadeur m’a semblé idéale. Je me suis constitué une panoplie en me souvenant d’un jouet que je possédais enfant. » Une tenue de combat qui sert à se protéger de l’incompréhension des autres, à préserver sa sensibilité, en gardant intactes les émotions innées de l’enfant que nous étions en chacun de nous pour ne pas les oublier: il dit à propos de ses textes qu’ils « s’inscrivent dans un travail de reconstitution et de visite dans le temps qui questionne le rapport à l’enfance ». Sur scène, l’artiste joue devant des vidéos et utilise des objets insolites qui évoquent notre enfance comme une petite boîte à musique sur le magnifique « Into the wild » ou bien La dictée magique sur « Meaning »(« But someday you understand meaning of my worlds »). Pour se faire entendre, il lui arrive de sortir un amplificateur pour la voix, cet organe si délicat qui a dû mal parfois à exprimer avec les mots des émotions intérieures si intenses : Cascadeur sait apprivoiser le silence majestueux (« I’m a speaker of the silence »).

On ne voit jamais son visage « I’m a stranger/I’m invisible » (« Meaning »). Cascadeur compose, joue et chante seul (ou accompagné d’une chorale sur « Meaning »), en anglais, toujours casqué ou masqué en Luchador derrière ses machines. Sa musique sonne comme une langoureuse berceuse, une échappée sonore aux effluves oniriques. Sa voix mélancolique atteint des notes très aiguës et me transporte entre rêve et réalité. C’est parti pour un tour de douceur. Je ferme les yeux. Je porte un casque sur la tête qui diffuse la voix et la musique de Cascadeur. Mes pieds ne touchent plus le sol. Un bruit de moteur. Le temps s’étire, je n’ai aucune idée de l’heure. Je suis assise derrière un homme, je vois son dos, son blouson et son casque qui me protègent du vent, du froid, de tout… Je ne vois pas son visage mais je le connais. Et je me sens si bien, si détendue, en apesanteur. Je me serre contre lui, je mets mon bras autour de sa taille. Cascadeur accélère. Mon coeur bat plus vite, plus fort. Cinquante au compteur, trois cent dans mon coeur. Je me sens vibrer, je n’ai pas peur. Je sais que je touche là au bonheur. Cascadeur me sourit dans le rétroviseur. La machine penche et tourne… Paris illuminé défile devant mes yeux émerveillés : le Louvre, Notre Dame, les quais de Seine, Pigalle, le Moulin rouge tourne et tourne… Stop, au feu, rouge comme son étoile sur le casque, Cascadeur sort de sa poche une petite boîte à musique et tourne la manivelle en me fredonnant « Your shadow »: sa voix cristalline se faufile dans mon casque jusqu’à mes oreilles. Cascadeur relève sa visière et se retourne pour me regarder… Mon coeur s’emballe. Mais l’album s’achève déjà sur le somptueux « Highway 01 ». Je réouvre les yeux. Je ne porte plus de casque et mon bras n’entoure que du vide sidéral. Le conducteur n’est plus là. Pas un bruit. « I’m the question now to your answer » (« Meaning »). Les pieds ancrés au sol, je suis seule et j’ai froid dans les rues de Paname. Je regarde les étoiles scintiller dans le ciel: j’attends qu’il revienne: « I’m waiting in the rain, in the storm, I’m waiting for someone… (« Waitin »). Alors, je rallume la platine, j’appuie sur Play. Je ferme les yeux et j’entends à nouveau le bruit du moteur qui fredonne… come on, reviens Cascadeur… (lire la suite postée le 09 octobre 2011: « Cascadeur à La Cigale le 7 octobre 2011: que saigne mon coeur… »)

Posté par Miss Nelson le 25/05/2011

Lire le live-report du concert à La Cigale le 7 octobre 2011
Plus d’infos sur Cascadeur: http://www.cascadeursound.com/
http://www.myspace.com/cascadeur
A l’affiche de Solidays le vendredi 24 juin 2011, à La Cigale le vendredi 7 octobre 2011. Et en tournée dans toute la France

Publicités

2 Commentaires

Classé dans Le potager sonore

2 réponses à “Cascadeur: choc émotionnel

  1. kelloid

    bonjour j’ai pris un grand plaisir à lire ton article sur CASCADEUR, difficile d’expliquer tout ce que j’ai ressenti à la première écoute de son album mais des sensations très proches des tiennes; pourtant mon univers musical ne correspond pas tout à fait au sien: « vieux » corbeaux new wave fan de métal… mais inconditionnel des FLOYD et de ARCHIVE. J’ai également appris en te lisant qu’il serait bientôt à la cigale. J’y serai. merci à toi. kelloid

    • Bonjour Kelloid,
      Merci à toi pour ton commentaire. Je vois que les vibrations si personnelles de Cascadeur te touchent également. Il y a aussi beaucoup de vieux corbeaux qui tournent dans mon univers musical puisque j’ai longtemps écouté et j’écoute encore The Cure… J’apprécie également les deux groupes que tu cites. Je serai moi aussi à La Cigale avec… ou sans casque 🙂
      A bientôt,
      Miss Nelson

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s