Archives mensuelles : septembre 2012

Zenzile – Electric Soul : 5 + 2

Zenzile revient avec un album entièrement chanté « Electric Soul » qui contient neuf titres. Le groupe en profite pour s’agrandir en passant de six à sept membres et d’une à deux voix désormais. En effet, Jay Ree a rejoint le groupe pour enregistrer cet album et chante aux côtés de Jamika, toujours présente.

J’avoue avoir un peu été déçue dès la première écoute d’Electric Soul, car des morceaux comme « No Idol », « Chewin’ mi mic » et enfin celui qui clôt l’album, « Man Made Machine » ne m’ont pas convaincue: un dub plutôt simpliste sur une base de reggae trop souvent rebattu qui annonçait un album fade en couleurs. Disons qu’ils figureraient mieux en face B qu’en place de choix sur cet album. Mais mis à part ces trois titres, le reste est absolument réjouissant. Je me laisse littéralement ensorceler par le rythme chatoyant et chaloupé de « Scars » ponctué par la voix sensuelle et androgyne de Jamika, qui sert de longue introduction à l’album. Je ressens l’électricité magnétique qui émane des titres comme « Yuri’s Porthole » ou bien encore « Over/Time » qui sonne comme la suite du puissant « Motorbremsen » du précédent album Pawn Shop: avec un départ tranquille suivi d’une montée rageuse et électrique qui s’achève sur une accalmie feutrée annonçant la tombée d’une nuit noire: un morceau très fort qui aurait pu conclure l’album. J’attends avec impatience de le voir joué sur la scène du 104 le 24 novembre prochain à Paris.

Et puis, il y’a « Stay », le morceau central à deux voix d’Electric Soul car il en exprime toute sa quintessence: un dub reggae soul et électrique. Il se situe à mi-chemin entre « Histoire de papiers » de Pawn Shop et l’ambiance de l’album Le Cabinet du Dr Caligari (je pense notamment à « Jane »). La voix grave de Jamika caresse la voix suave et aérienne de Jay Ree. Comme l’effusion d’une douce et inquiétante noirceur, « Stay » vient réchauffer mon coeur engourdi dans la confusion la plus totale des sens. Que j’aime cette sensation soudain de perdre pied dans cette « inquiétante étrangeté ». Le rythme voluptueux de « Stay » provoque comme une distorsion de la perception, une torsion du temps et des repères. Qu’il est bon de découvrir ce diamant noir dans son écrin électrique. C’est certainement pour cela que j’écoute autant ce titre le soir quand la nuit se dévoile ou quand je croise ton regard, et ce que je suis la seule à y voir…

Posté par Miss Nelson le 23/09/2012

Zenzile, « Electric Soul » (chez Yotanka): sortie le 24 septembre 2012
Album en précommande ici: www.zenzile.com
En concert au 104 à Paris le 24 novembre 2012 pour le Télérama Dub Festival: http://www.104.fr/programmation/evenement.html?evenement=148

Toutes les dates de la tournée 2012-2013: www.zenzile.com

Poster un commentaire

Classé dans Le potager sonore