Archives de Tag: Bad Weather

High Damage au 104 le 14 octobre 2011 (3/3): High Tone

(Suite du billet en 3 parties: « High Damage au 104 le 14 octobre 2011 (2/3): High Damage, dub alien). Martin de Brain Damage est parti, seule la scène du fond où se trouve High Tone est à présent éclairée. Pas d’attente, le concert d’High Tone, qui sera la troisième et dernière partie de ce concert triptyque d’High Damage au 104, commence immédiatement après la rencontre fusionnelle des deux groupes de dub High Tone et Brain Damage (voir billet précédent).

La dernière fois que j’ai vu High Tone en concert, c’était à La Clef avec RTSF le 6 mai 2011 (lire le billet du live report) et j’avais trouvé leur prestation froide et leur son trop électronique et métallique. Cela était surtout dû au fait qu’ils avaient joué une grande partie du dernier album que je boude un peu: Outback. Ce soir, ils vont jouer l’extrait « Spank » bien sûr mais vont aussi piocher dans le reste de leur répertoire dub plus éclectique (tour à tour downtempo, sombre, reggae…). De plus, ils ne sont pas du tout statiques bien au contraire, il faut dire qu’ils viennent de jouer plus d’une heure avec Brain Damage et la prestation qu’ils ont donnée ensemble de High Damage a conquis le public du 104 et on aimerait bien poursuivre l’expérience sensorielle chez nous sur la platine et au casque mais il va falloir attendre que l’hiver passe…

High Tone ouvre le bal avec une version de « Rub a Dub » remixée et absolument survitaminée qui enchante et secoue le peuple de l’herbe présent dans la salle sur des rythmes reggaes. On aura droit aussi au fameux « Bad Weather » devenu un passage indispensable de tout concert des Lyonnais. Les jeux de lumières notamment dans les teintes chaudes jaunes et rougeâtres sur la fin du concert sur la vidéo en noir et blanc d’un visage de femme en gros plan sont superbes. J’ai vraiment énormément de plaisir à les retrouver dans une telle forme, tant ils se donnent sur la scène du 104.

Le triptyque d’High Damage prend fin plus de 3h après l’apparition de Brain Damage.  Les Lyonnais et les Stéphanois ont réussi le très beau pari de leur émouvante rencontre sur scène tout d’abord. Pas de doute que l’album studio sera à la hauteur même s’il manquera toute la mise en scène visuelle très réussie qui participe fortement à l’émotion sensorielle ressentie ce soir.

Après un passage au stand de Jarring Effects, je repars avec un sweet noir Brain Damage de l’époque Spoken Dub Manifesto que beaucoup voulaient également mais il ne restait qu’une taille: « Il ne vous reste que ça comme taille, c’est du 12 ans, non? »  demande un grand gaillard à côté de moi. « C’est une taille femme » répond le vendeur, « et il n’en reste plus qu’un ». Et bien voilà, du 12 ans ça m’ira très bien, je le prends, merci et bonne nuit Jarring Effects. Je vais encore entendre des gens me dire « ça veut dire quoi ce qu’il y a d’écrit dans ton dos? » ou bien « Brain Damage? Oh, ça n’a pas l’air encore très gai tout ça ». Vouis vouis. On prend un dernier verre avec Barb’ooz et on sort du 104 où il n’y a plus grand monde désormais. Le froid s’engouffre dans ma veste et me glace jusqu’aux os. On passe devant une 206 coffre ouvert où les membres d’High Tone essaient d’engouffrer tant bien que mal tout leur matériel. Je quitte Barb’ooz et rentre chez moi. Mes voisins dorment depuis longtemps mais moi, je ne dormirai pas, pianotant sur Grabuge, les basses d’High Damage raisonnant encore dans ma petite tête tout le reste de la nuit. Quelques heures plus tard, The Owl m’appelle: « Nelson viens donc chez moi m’aider, mon iMac sous Tiger ne reconnaît pas mon iPhone 4S, je fais quoi? ». Je débarque à République les cheveux encore emmêlés d’étranges parfums, The Owl pas réveillée non plus m’ouvre la porte et me dit que mes cheveux sentent drôlement bon l’herbe rare des prairies « dubesques »: « Ce n’est rien, dis-je, je suis encore complètement highdamagisée… ». (Relire tout depuis le début… 🙂 )

Posté par Miss Nelson le 20/10/2011
(Photos et vidéos Miss Nelson 2011 Tous droits réservés) 

Pour voir toutes les photos et extraits-vidéos (Miss Nelson 2011 Tous droits réservés) du concert de High Damage c’est ici: http://gallery.me.com/miss.nelson#100373

En concert le 12 novembre 2011 au Télérama Dub Festival, salle Michel Berger, à Sannois (95). 
Toutes les dates du tour sur le site officiel de High Damage
Toutes les dates parisiennes du Télérama Dub Festival 2011.
Le label Jarring Effects.

Publicités

3 Commentaires

Classé dans Le potager sonore

High Tone et RTSF à La Clef le 6 mai 2011

Fin de semaine, dernier étage, l’ascenceur s’ouvre: je suis arrivée à St Germain en Laye. Je descends. La chaleur dégringole. Au loin, j’aperçois des terrasses de cafés branchés blindées de jeunes couples qui s’extasient derrière leurs lunettes Prada fumées. Je n’ai rien à faire là. Je me suis encore trompée d’étage. Je remonte dans l’ascenceur. Je regarde l’heure, je suis en retard. Un groom m’interpelle: « quel étage? ». Je bois mon Yop. « Boissons interdites ici, qui a écrit Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques?« , « Philip K. Dick », « Ok, bonsoir Nelson. Dernier étage au sous-sol, je ne vous accompagne pas et tenez, voici la clef ». Je range la clef dans ma poche. L’ascenceur descend à vitesse grand V et s’immobilise brusquement. Les parois commencent à vibrer. Je manque d’air. J’écrase le bouton « In Case of emergency ». Une voix sans âme sort du haut-parleur « calmez-vous Nelson, vous êtes arrivée et si vous aviez un tant soit peu de jugeote, vous auriez utilisé ce qu’il y a dans votre poche ». Sous le bouton d’urgence, il y a une serrure. Je sors la clef… La salle est pleine. RTSF déjà sur scène.

Deux concerts de dub ce soir à La Clef, petite salle de concert de St Germain en Laye pas loin du château. La première partie est assurée par RTSF, très jeune groupe de dub qui a le mérite de se donner à fond sur scène pour se faire connaître et de ne pas rester caché derrière des machines. Batterie, basse, guitare, tout y est. Le groupe s’en sort plutôt très bien et tente de réveiller le public de St Germain un peu édulcoré ce soir. Tâche d’autant plus difficile quand on fait la première partie de grandes pointures du dub comme High Tone. Le dernier album des Lyonnais, Outback (toujours chez Jarring Effects) m’ayant totalement laissée de marbre car délivrant un son froid sans émotion, je suis surtout là pour écouter les précédents albums.

Hélas, en dehors de la belle prestation de « Bad Weather » (extrait d’Acid Dub Nucleik), la majorité des morceaux qui seront joués ce soir sont extraits d’Outback. Et ils confirment ma première impression d’écoute au casque. Finalement, le concert représentera parfaitement l’album: des versions live identiques sans surprises, glaciales, livrées par les membres du groupes trop statiques derrière leurs machines. Le batteur pourtant situé au centre de la scène est presque toujours plongé dans le noir, la mise en scène étant axée sur les écrans géants placés au fond de la scène où passent soit par exemple le vidéo-clip de « Spank » en intégralité, ce qui ne représente aucun intérêt en live, soit des images hypnotiques censées bercer le public. Je n’attends pas en concert de voir un vidéo clip mais de voir les musiciens communiquer l’énergie (é)mouvante qui caractérise le dub électro de certains groupes de la scène française comme Idem, Ez3kiel, Brain Damage, Kaly Live Dub et High Tone à ses débuts. Mais là rien ne passe. High Tone délivre un son métallique sans émotion aucune, qui recouvre mon corps d’une enveloppe hermétique aux sensations, m’abrutit et martèle mon coeur au point que je n’entends plus ses battements comme s’il était enfermé dans une boîte en métal. Je ressors de là inerte, je ne ressens plus rien. N’était ce pas ce que je cherchais ce soir? Mais je n’aime pas ça. Car ce n’est pas moi. High Tone, wake-up!

Voir les photos et vidéos du concert: http://gallery.me.com/miss.nelson#100341
High Tone:  http://www.hightone.org/
RTSF: http://www.myspace.com/rtsfmusic
Label indépendant Jarring Effects: http://www.jarringeffects.net/fr/

    

Poster un commentaire

Classé dans Le potager sonore